Plat principal·Végétarien

Cocos de Paimpol et parfums de Florence

C’est souvent dans les marchés que je fais de belles découvertes culinaires.  Les produits sont frais et les producteurs maraîchers partagent parfois leurs secrets pour les apprêter à merveilles, il suffit de leur poser des questions. C’est ce que j’ai fait cet été en voyant de drôles d’haricots blanchâtres parsemés de taches violacées: « des cocos » m’a-t-on dit.  « Ah bon.  Et qu’est-ce qu’on en fait? »  Il n’est fallait pas plus pour commencer une discussion des plus animées entre la marchande et quelques clients qui avaient apparemment attendu impatiemment toute l’année l’arrivée de ces fameux cocos et se régalaient juste à l’idée d’imaginer ce qu’ils en feraient.

Mon choix s’est arrêté sur une idée plutôt simple: les servir dans une sauce à base de tomates fraîches et basilic. Quel délice!  Je n’ai malheureusement pas de photo du plat final (je n’en prends jamais la première fois que je fais une recette) et double malheur, je n’en aurai pas avant l’été prochain, au retour de ces fabuleux cocos puisqu’ils sont très difficiles à trouver en dehors des marchers français.  Étant de retour à Varsovie, je devrai prendre mon mal en patience… J’ai publié quand même la recette pour être certaine de ne pas l’oublier…

Et pourquoi je parle de parfums de Florence dans le titre?  Parce que lorsque j’ai cuisiné les cocos (ou plutôt la sauce!) ma fille s’est souvenue avec bonheur de pâtes à la sauce tomate que j’avais préparées lors d’un voyage à Florence.  Un parfum directement branché sur un souvenir heureux de ma fille…  C’est dire la puissance de la mémoire olfactive.

 

Un petit mot sur les cocos.  On les appelle plus précisément cocos de Paimpol, ils viennent de la Bretagne et bénéficient d’une appellation d’origine contrôlée (AOC). Les grains sont blancs, de forme ovale avec une peau très fine, rien à voir avec les autres haricots blancs. On peut les trouver dans les marchers de juillet à octobre.  Si quelqu’un en a vus au Québec (ou à Varsovie!), vous seriez gentils de me le faire savoir.  Nous rentrons l’an prochain et de peur de ne plus pouvoir en manger, j’envisage amener des semences… 🙂

Maintenant, la recette!

Pour 2 personnes:

Ingrédients

  • Cocos de Paimpol (demander au producteur ce qu’il faut pour 2 personnes)
  • 2-3 grosses tomates bien mûres (les plus dévoués d’entre vous prendront le temps de les peler, mais ce n’est pas nécessaire)
  • 2 gousses d’ail
  • Quelques feuilles de basilic
  • Sel et poivre

Préparation

  1. Écosser les cocos et faire bouillir les grains 35-40 minutes dans de l’eau salée (tester pour s’assurer qu’ils sont cuits mais toujours un peu croquants). Égoutter.
  2. Dans une poêle, faire chauffer de l’huile d’olive.  Faire revenir doucement les tomates concassées et l’ail jusqu’à l’obtention d’une belle compote .
  3. Ajouter des feuilles de basilic déchiquetées.
  4. Ajouter les cocos pour réchauffer, saler et poivrer.
  5. Servir avec une belle tranche de pain de campagne.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s